Staff Planète Le blog jeunes et ville durable

A Londres, la petite reine a le vent en poupe !

« Une idée tout à fait originale qui exploite les souterrains délaissés de Londres au profit du « désencombrement » de la circulation, de la sobriété énergétique et du sport en ville.
Moi qui suit cycliste, je ne manquerais pas d’utiliser ces autoroutes cyclables si les projets aboutissent! »

Corentin Greuez
Géographe – Urbaniste, Consultant chez Staff Planète

______________________________

Pas une semaine ne s’écoule sans qu’un nouveau projet dédié aux cyclistes ne fasse la une de l’actualité.

Un climat « cyclophile » plane en effet sur la capitale britannique, les londoniens s’étant très sérieusement mis au vélo. En une décennie le nombre de cyclistes aurait doublé et plus particulièrement dans le centre-, où les points de passages stratégiques qui mènent au cœur de la City sont désormais saturés par les deux-roues aux heures de pointe.

central_london_map_cycle

Et pour cause, les autorités londoniennes ont promis d’investir un milliard d’euros sur dix ans pour massifier les déplacements à vélo, en rendant cette pratique plus agréable, plus sécurisée et plus confortables dans les rues de la capitale. L’autorité en charge des transports Transport For envisage d’atteindre 5 % de part modale pour les déplacements à vélo d’ici à 2025. (2% actuellement.)

C’est dans ce contexte que le Maire d a récemment validé un projet d’autoroute cyclable reliant l’est à l’ouest de la ville, se targuant d’être la dédiée la plus longue d’Europe. La du tronçon principale de l’autoroute cyclable (41 M£) devrait débuter ce mois d’avril pour une livraison prévue au printemps 2016.

Piste cyclable dédiée - Londres - Transport for LondonPiste cyclable dédiée – Londres – Transport for London

Un autre projet présenté la semaine dernière, envisage de donner une deuxième vie à certains tunnels désaffectés du métro de Londres, en les transformant en pistes cyclables. Baptisé « London Underline » par l’Agence de design Gensler, le projet a notamment reçu le prix du meilleur projet conceptuel, lors de la dernière édition de London Planning awards.

L’idée n’est pas sans rappeler la proposition de l’ancienne candidate UMP à la mairie de Paris Nathalie Kosciusko-Morizet, qui proposait de transformer les stations de métros abandonnées en piscines et salles de concert. Le projet londonien permettrait d’offrir un nouveau réseau routier souterrain réservés aux cyclistes pour désengorger les rues de la capitale. Le financement d’une partie du réseau, pourrait être assuré grâce à l’énergie produite par les cyclistes ! L’équipe de concepteur a ainsi imaginé un revêtement cinétique, aspirant la friction et le contact des pneus de vélo pour créer de l’électricité.

Pourquoi pas ! Même si l’on est en droit de demeurer sceptiques quant à la faisabilité du projet. En effet, si l dédié demeure une solution privilégiée, la simplicité est souvent gage de réussite et d’appropriation et doit donc primer sur les projets complexes et peu lisibles…

Comme le rappelait Olivier Razemon:

« La personne qui circule à bicyclette doit être en mesure de s’arrêter pour faire une course, rebrousser chemin, changer d’itinéraire en fonction du trafic ou de ses envies. Le cycliste ne traverse pas la ville, il la vit… »

Affaire à suivre donc ! Ce qui est certain c’est que grâce au portage politique affirmé de l’emblématique maire de la ville Boris Johnson, Londres se donne de vrais moyens pour faire avancer les choses en matière de mobilité…

Article disponible sur le site Urbanews

Auteur : Edouard Malsch, Urbaniste-Géographe

Publié le 10 Février 2015

 


sept × 4 =

Détails de l'article

Posté le : 11 février 2015

Par :

Commentaires: 0